Partagez ASAN sur les réseaux sociaux

Accès rapide aux pages

Accès rapide aux documents

Recevoir des news letters

Partager sur FacebookPartager par e-mailPartager sur TwitterPartager sur Google Bookmarks

 © asan-agadir | Site crée par RYADI

Nous vous souhaitons la bienvenue sur le site de l'ASAN. Nous vous proposons a travers ces quelques pages de faire connaissance avec l'association,ses buts, ses activités et pourquoi pas d'y adhérer.Pour les adhérents vous trouverez une mine d'informations, de conseils importants et indispensables,sur tout ce que vous voulez savoir sur:

la randonnée pédestre, randonnée en VTT, randonnée palmée, plongée sous marine et spéléologie. Vous y trouverez également des galeries de vos photos et de diaporamas.

Dernière mise à jour: Juillet 2019

Association sud des amateurs de la nature:ASAN

Quittez votre salon. Allez voir la nature

Ecalade

Pratiquer l’escalade en toute sécurité nécessite un minimum de matériel. Pour les débutants, il est possible de louer l’équipement ou lors d’excursions encadrées mais vous remarquerez très vite que pour mieux appréhender ce sport il est préférable d’utiliser son propre matériel. Le point sur les indispensables du grimpeur

Les chaussons d’escalade

Oubliez l’image d’Epinal du grimpeur en gros godillots cloutés, aujourd’hui l’escalade se pratique en chaussons. Pièce maîtresse de votre équipement, les chaussons d’escalade assurent la sensibilité du pied et son adhérence au mur. Ceux-ci doivent être confortables, souples, suffisamment serrées et ajustés pour que le pied ne glisse pas dedans. Il est important de choisir un chausson avec une semelle relativement fine pour ressentir les différentes surfaces sous le pied tout en gardant une épaisseur minimale pour ne pas souffrir.

Le baudrier d’escalade

Nous avons tous un jour eu l’occasion d’essayer un baudrier premier prix lors d’initiation à l’escalade. Inconfortable et parfois long à ajuster, il est préférable d’investir dans son propre baudrier. Cet accessoire indispensable à la pratique de l’escalade en salle comme sur falaise doit être choisi avec soin car il assure votre sécurité. Le choix du baudrier dépend du type d’escalade pratiqué. Deux critères sont à privilégier : le confort et l’ajustabilité.

La corde d’escalade

Elément essentiel de la pratique de l’escalade, la corde est votre alliée et le lien qui vous unis à votre coéquipier. Les premières expériences de grimpe se pratique toujours en duo : un grimpeur et un assureur. Réalisées à partir de nylon, les cordes d’escalade sont très solides et le risque de voir la corde céder comme c’était le cas avec les cordes traditionnelles en chanvre est minime. Les cordes utilisées en escalade sont dites dynamiques. Contrairement aux cordes statiques, celles-ci sont élastiques, elles ne s’arrêtent pas brutalement et absorbent progressivement l’énergie emmagasinée, amortissant ainsi les chocs pour le grimpeur. La longueur de corde nécessaire dépend de la hauteur de la voie. Il faut prévoir deux fois plus de mètres de corde que de hauteur de voie.   Les différents types de cordes :

- Cordes à simple : allant jusqu’à 80 mètres de longueur et 9,8 à 1,1 millimètres de largeur, elles sont utilisées pour les voies ne nécessitant pas de descente en rappel. Elles portent une marque « 1 » sur le ruban blanc en bout de corde.

- Cordes à double : mesurant de 60 à 100 mètres, elles sont utilisées sur des grandes voies en falaise ou en montagne. Elles sont reconnaissables au marquage « ½ » situé en bout de corde.

La durée de vie d’une corde dépend de son utilisation et de son entretien. Généralement celle-ci est quelques années. Il faut cependant veillez à la ranger soigneusement et à ne pas marcher dessus. Je vous conseille de la ranger dans un sac et ne pas la laisser trainer

Le descendeur d’escalade

Le descendeur est un élément important du duo grimpeur – assureur. Il permet à l’assureur de contrôler la corde, de la bloquer et d’assurer la redescente du grimpeur. Le mythique descendeur en huit a aujourd’hui de nombreux concurrents. Plaquette, puits, tubes, GRIGRI ou encore CLICK UP, avec le temps, la liste des descendeurs s’est diversifiée. Il est important de choisir le bon système et de savoir le maîtriser.

Le huit : Apparu dans les années 70, le huit est resté pendant très longtemps l’unique descendeur du marché. Simple d’utilisation, il se compose d’un morceau de métal muni de deux trous (un petit et un grand). Il reste un classique du matériel du grimpeur avec tout de même quelques défauts notables. A l’heure de la recherche d’une plus grande légèreté dans l’équipement, son poids reste plus élevé que la moyenne. De plus, il a tendance à vriller la corde et il freine moins que ses concurrents.

Les dégaines d’escalade

Vos premières séances d’escalade sont derrières vous et vous êtes amenés à grimper en « tête ». Vous êtes maintenant dans la cour des grands ! Cependant, ce privilège nécessite l’obtention de nouveaux matériels pour grimper en toute sécurité. Les dégaines vous permettront de faire le lien entre le point d’ancrage et la corde. Ils sont composés de deux mousquetons reliés entre eux par une courte sangle. La résistance des dégaines est un critère important mais celle-ci est désormais la même pour toutes les dégaines aux normes européennes. Dès la première utilisation, il faudra déterminer quel mousqueton se placera dans le point et lequel accueillera la corde. En effet, le premier sera au contact du métal ce qui risque de créer des petites bavures. En cas d’inversion des mousquetons, celui qui sert à clipper le point pourrait endommager la corde.

La longe d’escalade

Egalement appelée vache, la longe permet au grimpeur de « se vacher » c’est-à-dire de s’attacher à un point d’ancrage de la paroi, le temps de se reposer ou d’assurer son coéquipier. C’est un élément indispensable à la pratique de l’escalade en extérieure, notamment pour l’ascension de grandes voies avec plusieurs relais. Elle permet au grimpeur de se reposer sans fatiguer l’assureur et à celui-ci de ne pas être entrainé vers le haut en cas de chute du grimpeur. La longe se compose d’une corde dynamique reliée d’un côté au baudrier par un nœud en huit et de l’autre à un mousqueton à vis. Celle-ci doit être assez courte puisque le grimpeur doit pouvoir la détacher et l’attacher en tendant simplement le bras tout en restant en tension sur la longe.

Le casque d’escalade

Avant de prendre de la hauteur pensez à protéger votre crâne avec un casque adapté. Le danger n’est pas seulement de faire une chute de vous protéger d’éventuelles chutes de pierres ou de glace lors de l’ascension de falaise ou de montagne. Même si vous avez la tête dure, une chute de pierre peut être fatale surtout lors de grimpe loin des sentiers battus. Il est donc très recommandé de porter un casque pour toutes les sessions de grimpe en dehors de la salle.

Un bon casque d’’escalade répond à trois critères :

Léger : Un casque lourd est très dérangeant et peut créer des douleurs aux cervicales. En effet, lors de la grimpe, vous devez regarder partout, en hauteur et sur les côtés. Plus votre casque est léger, plus vous vous sentirez libres de vos mouvements.

Respirant : Les casques d’escalades disposent de différents trous d’aérations. Ceux-ci sont très importants pour permettre au crane de respirer et d’éviter les coups de chaud lors d’ascension sous le soleil.

Résistant et durable : Enfin, un casque d’escalade se doit d’être suffisamment résister pour protéger le crâne des éventuelles chutes de pierres. (Source ZeOutdoor)

 Vous souhaitez commencer l’ escalade mais vous avez des centaines de questions en tête? Quel matériel choisir?